lundi 2 février 2015

LA RUINEUSE PARITE HOMME-FEMME

Voici, encore, un magnifique sujet qui m'est offert sur un plateau. Bien entendu, je vais attaquer, à ce sujet, de plein fouet la Pensée Unique Totalitaire ou P.U.T. Comment faire autrement ? Nous savons que le bon sens est une notion bien mal partagée. Nous allons donc nous promener dans un univers ridicule car il y a longtemps que le ridicule ne tue plus.

Nous verrons d'abord pourquoi la parité est inexistante, ensuite les raisons de sa promotion officielle, puis comment elle nous ruine avant de conclure.

POURQUOI LA PARITE EST-ELLE INEXISTANTE ?

Pour les personnes de tous âges et de toutes provenances, les hommes et les femmes sont des êtres parfaitement différents. C'est Dieu qui les a créés ainsi. Laissons de côté l'abominable théorie du genre qui prétend sans avoir honte que l'on peut choisir son sexe et même en changer en cours de route.

D'innombrables preuves existent dans la vie courante pour confirmer la différence entre les sexes. Au tennis les hommes et les femmes ont des matchs séparés. Au ski également les championnats sont séparés. Quand on fait des séances de kinésithérapie les exercices ne sont pas les mêmes. Dans toutes les activités sportives il existe des différences. Au cours de l'écoulement de l'existence les mamans sont tout pour le jeune bébé avant que par la suite il prenne conscience de son papa.

L'explication est simple. Chaque sexe a ses forces et ses faiblesses, ses qualités et ses défauts. Cette évidence ne conduit pas à l'idée qu'un sexe serait supérieur à l'autre. Quand il est question du sexe fort c'est simplement pour dire précisément que les hommes sont généralement plus forts que les femmes mais nullement pour prétendre qu'ils leur seraient supérieurs.

EXPLICATION DE LA PROMOTION OFFICIELLE

L'idée mensongère que les hommes seraient égaux aux femmes et vice-versa est devenu presque une religion et sauf erreur cette religion frappe tous les pays du monde comme il en est d'ailleurs de maintes autres erreurs officielles.

Restons en France, si à la cafeteria dans votre entreprise vous affirmeriez que les hommes et les femmes ne sont pas égaux mais différents vous risqueriez des sourires narquois, voire l'accusation idiote d'être ringard ou pire encore réac.

Il n'est pas facile d'expliquer les raisons précises de cette promotion officielle. Pour résumer, je crois qu'il en existe deux principales.

Enonçons au premier chef le concept fumeux de l'égalité. Il faudra consacrer prochainement un éditorial à l'idéologie égalitaire, autre idole à la mode et mortifère s'il en est.

Il existe une autre explication plus pernicieuse de la propagande officielle. Les cavaliers de la P.U.T. y trouvent bien des avantages pour eux-mêmes et leur entourage.

Voici un exemple. La photo officielle du conseil des ministres comporte 40 personnes avec une succession régulière de messieurs et de dames comme à la parade ; s'ils étaient mélangés rien n'irait plus. Chacun et chacune ont leur entourage. Personne évidement n'est capable d'évaluer la richesse qui déborde de tous les cotés pour les uns et les autres et personne n'a intérêt à le faire. Chut et nulle raison de se gêner puisque les contribuables versent leur écôt ponctuellement sous les menaces bien connues qu'ils subissent nolens volens.

LA RUINE PAR LA PARITE

Nous voici au coeur du problème qui justifie le titre de cet éditorial. La ruine arrive par plusieurs canaux.

La parité entraîne l'obésité des structures. Les 40 personnes du conseil des ministres ont des fonctions qui se superposent et s'enchevêtrent. Sans la parité il y aurait éventuellement 30 personnes. Nul ne peut évaluer la cacophonie ruineuse qui en résulte chacun défendant son "pré carré" avec ardeur. L'argent public disparaît par ces manigances comme dans un trou noir.

Saluons brèvement au passage la Suisse qui ne compte que 9 conseillers fédéraux sans que l'on prenne garde à leur sexe. Je n'ai jamais entendu les Suisses s'en plaindre.
La complexité des structures s'étend partout à la faveur de scrutins divers. Pour beaucoup d'élections il faut présenter une parité avec alternance ce qui donne la migraine aux organisateurs. En cas de succès des dames se voient confier des responsabilités dont malgré les coûteuses compensations financières elles se passeraient bien.

Il faut arriver aux salaires. Par cette expression j'entend non seulement le salaire mais l'ensemble des avantages attachés à la fonction. Une idée folle règne dans ce domaine à savoir l'égalité nécessaire des salaires. C'est une atteinte grave à la liberté des employeurs. Or cette liberté est une condition essentielle de la création de richesse.
Pour les employeurs publics cela conduit à des règlementations complexes. Pour les employeurs privés cela mène sans doute à l'hésitation dans le recrutement des femmes car ces employeurs craignent de se voir contraints à la parité.

CONCLUSION

Dans ces éditoriaux du mardi je dénonce souvent de fausses idoles créées de toutes pièces par les gouvernements successifs en vue de se faire valoir. Cela leur évite de s'attaquer aux vrais problèmes comme le chômage.

Démonstration accomplie.

Michel de Poncins

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire