mercredi 18 mars 2015

LES PARADIS FISCAUX

Une fois de plus l'actualité fumante nous offre sur un plateau ce magnifique sujet des paradis fiscaux. La banque HSBC est une des plus grosses banques du monde. Sa solidité financière est sans égale et son honorabilité aussi.

Patatras. La voici accusée d'avoir en 2006 et 2007 organisé l'évasion fiscale de 130 000 clients pour 180 milliards d'euros. Des personnalités aussi connues que le Roi du Maroc figureraient dans la liste.

Voici un éditorial complet avec les paradis fiscaux.

Dans ces éditoriaux j'enfonce parfois des portes grandes ouvertes. Comment faire autrement ? Les trains qui arrivent à l'heure n'intéressent guère les gens.

J'annonce souvent un plan à l'avance. Je vais déroger à la règle. Je prendrai le lecteur par la main pour le mener dans un univers connu ou inconnu pour lui selon ses centres d'intérêt et ses informations. Je vous souhaite une bonne promenade dans un univers étonnant. La promenade sera soit distrayante soit désolante selon votre humeur.


DÉFINITION DU PARADIS

La réponse semble évidente et elle ne l'est pas du tout. Le paradis serait le contraire de l'enfer. Ce serait donc un endroit où l'on ne paierait pas d'impôts. Ce serait la joie mais c'est bien plus complexe. Les personnalités qui prétendent lutter contre les paradis fiscaux le font d'ailleurs avec quelque mollesse. Cela ne les empêche pas de lutter contre toutes les politiques d'optimisation fiscale qu'elles accusent des pires méfaits.

Les riches et fastueux entrepreneurs transfèrent leur siège aux Bahamas ou dans d'autres coins plus perdus pour optimiser les choses. Les voici le plus largement possible à l'abri de l'ouragan.

Mais attention. Si vous ne comptez pas dans ces glorieux personnages, cela ne vous empêche pas d'organiser votre petit paradis bien à vous. C'est le règne du tout-Etat qui vous en offre souvent l'occasion. La floraison des dispositifs est immense et sans limites. Dans la jungle chacun cherche à se mettre à l'abri.

Très souvent la presse accuse les petits malins qui utilisent trop adroitement tel mécanisme à leur profit. Cela conduit à des correctifs dans une forte puanteur d'usine à gaz. Ce ne sont pas des petits malins mais de gros malins.


POURQUOI LE PARADIS ?

Avec régularité je rencontre dans ces éditoriaux l'avidité vorace des politiques qui s'enrichissent sans vergogne sur la bête. Bien entendu, la main sur le cœur, ils diront que ce n'est pas vrai.

J'ai décrit maintes fois les cheminements multiples qu'ils suivent pour accumuler des richesses. Le tout est parfaitement légal. Loin de moi l'idée que des malversations contraires à la morale courante viendraient s'y surajouter... .

Pour s'enrichir sans limites il faut énormément d'argent. Il se trouve que les esclaves contribuables apportent docilement, nolens volens leur écot. De ce fait pourquoi se gêner ?


IL Y A DES LIMITES

En fait, il existe des limites mais personne ne fait mine de les voir. Bouche cousue et main tendue.

La célèbre courbe de Laffer est l'une de ses illustrations. Laffer est cet économiste qui sur une table de restaurant dessina sa célèbre courbe. Quand les impôts grimpent la salle applaudit.

Hélas ils ne vont pas jusqu'au ciel. Une sorte de cloche se dessine et ils ne tardent pas à retomber.

Une autre constatation du même type est le vieil adage qui énonce tranquillement que trop d'impôts tuent l'impôt. Pourquoi cet adage ? Les super riches sont partis depuis longtemps. Il reste donc des moins riches et les vrais pauvres. A l'impossible, nul n'est tenu et personne ne peut ramasser davantage.


LES NOMBREUX PARADIS

Ils sont si nombreux qu'il est impossible de les compter.

Commençons par les paradis officiels. L’État de Delaware aux USA est réputé pour sa belle tranquillité. A quelques pas d'ici il existe les îles Jersey. Les plages y sont fort belles. Les boîtes aux lettres sont pleines à raz bord de correspondances de banques et d'avocats. Sa gracieuse Majesté peut se frotter les mains.

Fort loin d’ici elle dispose aussi des Turks and Caiscos. C'est un fabuleux dominion.

Le célébrissime Rocher de Monaco est un havre de paix. En fait pour les Français il ne sert pas à grand chose. Mais les étrangers y reçoivent un accueil chaleureux.

Les Paradis plus privés existent aussi ; Chacun fait le gros dos pour vaincre l'orage.

LA CONCLUSION

Les seuls intérêts de la dette sont plus importants que l'impôt sur le revenu. Les politiques de tous les partis sont bien au courant ! qu'ils appartiennent à la fausse droite ou à la vraie gauche, ils ont chacun contribué à la ruine. Dans leur langage ils parlent couramment du mur contre lequel tout va se fracasser.

La seule véritable issue est la planche à billets. C'est déjà bien commencé avec des mécanismes complexes.

Fabriquer de faux billets ? Voila encore un beau sujet pour un prochain éditorial. … .



MICHEL de PONCINS

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire